Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Le blog Citoyen

Le blog Citoyen

POST TENEBRAS LUX


Triste humanité ...

Publié par Karim R'Bati

Catégories : #LIBRE OPINION

La tour de Babel, d'après Pieter Brueghel l'Ancien (XVIe siècle)

La tour de Babel, d'après Pieter Brueghel l'Ancien (XVIe siècle)

En ces temps tragiques où les criminels sionistes poursuivent impunément leur holocauste contre le peuple palestinien, il faut bien entendu crier haut et fort son indignation, joindre sa voix à celle de toute l’humanité ; cela va sans dire. Mais il faut aussi - à défaut de comprendre l’incompréhensible - tenter de clarifier pour le moins la situation de celles et ceux qui soutiennent ces monstres génocidaires qui n’ont plus rien à envier en barbarie aux pires criminels nazis. Il n’est pas question, ici, de justifier les indignes motivations des traîtres collabos, ces vils vendus Arabes, Amazighs et autres Indigènes de service ; il s’agit plutôt d’appréhender la posture morale et psychologique des Juifs eux-mêmes ou de certains Juifs. Ceux-là, il faut les comprendre avant, espérons-le, d’essayer de les ramener à la raison ! 

Il faut en tout cas faire cet effort salutaire non par faiblesse d’esprit, par lâcheté ou par renonciation au noyau intime de notre dignité humaine, c’est-à-dire à la manière de tout ce ramassis de méprisables félons que je viens d’écarter de mon champ de réflexion. Il ne faut pas non plus faire semblant de les comprendre par crainte de leur redoutable terrorisme verbal qui frappe et salit tous ceux qui refusent de se soumettre à leurs diktats immoraux : cette espèce de sophisme de bas étage qui vous tend des pièges dialectiques pour mieux vous emprisonner dans des schémas de pensées binaires où l’on ne peut s’en sortir qu’en se reniant ou, pire encore, en encourant le risque de subir le classique procès d’intentions antisémites. Il faut comprendre, dis-je, la catégorie de Juifs dont il est question plus haut plutôt sur le plan humain - si toutefois, le vocable « humain » a encore un sens à leurs yeux.

Pour être plus précis, j’entends, par là, faire l’effort de comprendre ceux qui se refusent de condamner la barbarie absolue de l’état sioniste d’Israël. Au fond, ce sont des frères dans l’humanité comme vous et moi, c’est une évidence. Mais la grande différence avec nous autres réside en ceci qu’une partie non négligeable d’entre eux a dans ses propres familles des criminels de guerre en activité : des proches qui ont du sang sur les mains, de vrais machines à tuer les civiles palestiniens, femmes et enfants, des soldats coloniaux sans état d’âme qui ont commis des crimes atroces et qui mériteraient, à ce titre, d’être traduits devant une juridiction internationale, comme celle autrefois de Nuremberg ou celle aujourd’hui de la cour pénale internationale de La Haye. 

On peine à se représenter le drame intérieur des proches de ces hordes de criminels de guerre qui ont franchi depuis longtemps le Rubicon de « la banalisation du mal ». On se sent impuissant à imaginer le dilemme cornélien qui ronge les plus saints d’esprit et de morale parmi leurs proches. Pour d’autres, le problème ne se pose même pas … Alors, comment voulez-vous, après cela, qu’ils se rangent du côté de la justice, de la morale et du bon sens? Comment espérer d’eux qu’ils partagent avec le reste de l’humanité le même référentiel des droits de l’homme et des lois internationales, les mêmes valeurs universelles qui forment le socle de notre appartenance au genre humain? Comment voulez vous qu’ils renient les leurs, fussent-ils les auteurs des pires crimes contre l’humanité?

Quand on connaît l’indéfectible esprit de corps, et de famille, qui a permis à l’estimable peuple juif de survivre à mille Pogroms et à mille entreprises de purification ethnique, on ne peut que comprendre le déchirement intérieur d’une bonne partie de ce dernier dès qu’il s’agit juger la barbarie génocidaire de l’état sioniste. Leur sens moral ne peut être qu’ébranlé, mis à rude épreuve devant leur réflexe primaire de solidarité clanique. Cela peut se comprendre aisément. De surcroit, leur sens moral étant vraisemblablement intact, il n’est pas inconcevable de les ramener à la raison, c’est-à-dire à la réévaluation de leur jugement non plus sur la base de l’appartenance archaïque au clan et à la tribu, mais plutôt en vertu de leur appartenance à la grande famille humaine … Il n’en demeure pas moins que ce qui dépasse et dépassera toujours notre entendement, c’est qu’après toutes les horreurs des siècles passés, après les crimes d’esclavage, de la colonisation et de la Shoah, après toutes ces atrocités, il puisse exister encore de nos jours des monstres inhumains qui se livrent aux mêmes crimes d’extermination dont leurs propres ancêtres furent victimes … Triste humanité !

Karim R’Bati

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents