Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog Citoyen

Le blog Citoyen

POST TENEBRAS LUX


Quand la mort insensée des hommes tente de faire sens !

Publié par Karim R'Bati sur 18 Décembre 2014, 12:15pm

Catégories : #CHRONIQUES

Quand la mort insensée des hommes tente de faire sens !

La mort d'une personnalité publique, quelque soit son profil ou son rang, est d'abord celle d’un homme ou d’une femme, comme vous et moi. On ne peut que compatir et communier avec la famille et les proches dans leur douleur indicible de perte d’un Être cher. Toutefois, passée la période de deuil, il faut bien admettre que le décès du ministre d’état Abdallah Baha ou celui, avant lui, du député USFP Ahmed Zaïdi sont loin d’être des décès naturels ; encore moins des morts exemplaires, intervenant au terme de vies chargées de luttes pro démocratie, entièrement vouées à la défense des opprimés contre leurs oppresseurs. Ce sont des pertes tristes, certes, mais des pertes d’autant plus absurdes qu’elles interviennent dans une série, toujours ouverte, de causes à effets et où il conviendrait d’identifier les causes premières ou d’en appréhender le processus, afin d'éviter toute tentation d’alimenter les théories du complot  que l’on peut lire ça et là ; théories qui ne changent rien à la réalité des Marocains et qui, en plus, ne servent qu’à occulter les vrais maux qui rongent ce pays de l’intérieur et l’empêche d’aller de l’avant.

Or ces causes n’ont rien de fortuit, ni de surnaturel. Ni Dieu, ni la fatalité n'y ont rien à voir ! Elles renvoient, pourrait-on soutenir, à un enchaînement irréversible d’actes malheureux et d’erreurs humaines ; et comme tel, cet enchaînement est avant tout le fait des individus qui en sont partie-prenantes et qui en portent leur part de responsabilité à tel ou tel degrés, sur tel ou tel niveau. Quand bien même serait-on inaptes à concevoir l’étendue ou les ramifications complexes d’un tel processus, soyons-en, pour le moins, conscients. Pour faire plus simple, disons que, selon cette lecture, il est certain que le gâchis de telles morts, comme beaucoup d'autres drames similaires, aurait pu être évité si ces hommes politiques, et d’autres avant eux, avaient œuvré de bonne foi et en toute intégrité pour des infrastructures routières, ferroviaires, hospitalières, scolaires etc. … dignes des Marocains, de leurs besoins réels et de leurs aspirations futures. Sans doute, ce Maroc hypothétique aurait un tout autre visage : libre et démocratique,  mais surtout riche d'une conscience citoyenne vécue par les Marocains dans la vie pratique de tous les jours. Voilà, précisément, ce qui nous aurait fait basculer dans une toute autre dimension, celle du monde civilisé où le genre de malheur évoqué plus haut n’aurait plus sa place.

Dans ce monde-là, il existe des routes sécurisées, des panneaux de signalisation lisibles, des codes, des passages à niveau et toute la culture citoyenne qui va avec. Bref, autant d’infrastructures de base et de comportements appropriés à toutes sortes de situations, ce qui permet de réduire considérablement les risques de morts inutiles. Bien entendu, il y a de cela chez nous aussi, mais malheureusement pas partout et souvent pas là où ça devient nécessaire, voire crucial pour la sécurité des gens. Or, comme tout le monde le sait, le Maroc accuse un retard considérable dans ce domaine vital, comme dans d’autres. Aussi, ces morts gratuites, tout comme celles des victimes des récentes inondations ou, encore, la toute récente "Shouhah" universelle du stade Moulay Abdallah de Rabat,  toutes ces calamités n’auraient-elles certainement pas eu lieu si nos hommes politiques privilégiaient l’intérêt général au leur et le bien-être des Marocains à celui de leurs petits clans ; et surtout s’ils étaient comptables de leurs actes, dévoués aux intérêts de leurs électeurs (leur source de légitimité et raison d'être) et non pas au service de l’état profond et de ses clients.

Karim  R’bati

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents