Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog Citoyen

Le blog Citoyen

POST TENEBRAS LUX


La France, cette nation blanche aux racines catholiques

Publié par La bouteille à la mer sur 30 Septembre 2015, 15:32pm

Catégories : #CHRONIQUES

La France, cette nation blanche aux racines catholiques

Quand on constate, aujourd’hui, à quel point la xénophobie a le vent en poupe en France, on ne peut que se demander : mais pourquoi cette nation a-t-elle, jadis,  envahi certains pays, massacré leurs populations, pillé leurs ressources, violé leurs femmes et leurs enfants au nom de sa «mission (dite) civilisatrice » ou de sa culture prétendument universaliste, pour revenir ensuite (après que certains de ces peuples y soient intégrés de force) réexpliquer encore et toujours :

« Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne » (De Gaulle)

Une telle déclaration, qui passerait de nos jours, pour provocante aux yeux de certains, insultante pour d’autres, n’exprime-t-elle pas un fond de vérité dérangeante ? Car, qu’on le veuille ou pas, nous sommes bien devant la représentation dominante de l’identité française, celle que beaucoup de Français bon teint entretiennent, même s’ils ont du mal à l'admettre, en particulier ceux qui n’acceptent la diversité que pour se prouver à eux-mêmes et au monde qu’ils ne sont pas xénophobes et qu’ils acceptent l’Autre.

Après tout, le Français noir, Français jaune, Français brun ne sont-ils pas toujours représentés dans l’imaginaire français comme des minorités ? Ne doivent-ils pas rester confinés, du moins théoriquement, dans leurs banlieues ?

Rien, donc, ou presque rien n’a changé depuis De Gaulle, puisqu’il est évident que ces Français de couleurs sont toujours appelés, incités, encouragés à jouer le rôle subalterne qui est le leur dans cette représentation dominante de la France : une représentation où l’Autre, pour autant qu’il reste  minoritaire,  n’est là que pour flatter le Français de souche dans son sentiment auto-satisfaisant d’ouverture.

Le noyau dure, lui, le centre de ce mythe de la France éternelle, est toujours occupé par ce peuple de "race blanche", ce peuple recroquevillé sur lui-même, nombriliste jusqu’au bout, majoritairement sensible aux thèses du FN, malade de son passé, vivant dans l’éternel déni de ses crimes d’intolérance religieuse envers les Protestants (les massacres de la Saint Barthelemy), les Catholiques (génocide des Vendéens), les Musulmans d’Algérie et du Maroc, les bouddhistes de l’ex Indochine française, jusqu’aux Animistes d’Afrique.

Après une telle histoire, certains des leurs osent encore donner des leçons de laïcité !

K.R'

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents