Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog Citoyen

Le blog Citoyen

POST TENEBRAS LUX


Notes sur «Penser le Coran», de Mahmoud Hussein

Publié par libres-pensees sur 2 Février 2015, 12:33pm

Catégories : #LECTURES

Mahmoud Hussein est le pseudonyme commun de deux brillants politologues égyptiens, il s'agit de Baghgat Elnadi et Adel Rifaat. «Penser le Coran» (Grasset, 2009)  est une de leurs œuvres : c’est même un livre d'un grand intérêt pour tout lecteur du Coran, qu’il soit Musulman ou non. L’intérêt majeur de ce essai réside essentiellement dans le fait qu’il remet en question un certain nombre d’idées reçues sur le Coran, en particulier sur certaines sourates et certains versets polémiques, dont les interprétations diverses et variées rythment et alimentent controverses théologiques et tensions interconfessionnelles dans les sociétés musulmanes et ce, depuis l’avènement des Omeyyades, vers l’an 661, à nos jours.

La démarche analytique des auteurs consiste précisément à ne pas s’encombrer du vieux dogme polémique du «Coran incréé» et de lire ce livre «sacré»  plutôt dans  le cadre historique de sa révélation, soit entre l’an 610 et l’an 632 de l'ère chrétienne. Il y est question, ni moins ni plus, que de l’envisager dans la perspective des premiers Musulmans: comment l’avaient-ils reçu, interprétés et pratiqués?

 

39060598 8456668

Dans cette optique, nous apprenons, à la lecture de «Penser le Coran», que la Révélation coranique entretenait un lien direct avec la première communauté musulmane, qu’elle répondait à ses interrogations et qu’elle intervenait à des moments clefs pour apporter des réponses conjoncturelles aux préoccupations pratiques des contemporains du Prophète de l'Islam.

En d’autres termes, tant le contexte que l’arrière-plan social et/ou politique de la «descente» des Sourates coraniques (أَسْبابُ النُّزُولْ) sont-ils déterminants pour une lecture appropriée du Coran. Le lecteur de cet essai y trouvera de nombreuses illustrations étonnantes, notamment sur le statut de la femme dans le Coran, sur les circonstances de l'avènement de tel verset problématique au sujet du port du voile et sur bien d’autres thèmes emblématiques.

Autant d'éléments factuels qui ont été décisifs dans la révélation progressive du Coran (en vingt-deux ans). L'ont été tout autant son énonciation orale, ainsi que le choix du véhicule médiatique (la langue arabe). En effet, si les Musulmans considèrent le Coran comme une parole divine, valable en tout temps, il n’en demeure pas moins que cette parole a été révélée aux hommes dans un langage humain, sous une forme donnée, orale et indirecte, par le truchement d’un homme (le Prophète Muhammad), dans un temps circonscrit et un espace déterminé : l’Arabie du VIIème siècle de l’ère chrétienne.

Aussi, la prise en compte de tous ces facteurs, l’exigence de clarté de tout cet arrière- plan, s’avèrent-ils pour nous précieux aujourd’hui, voire déterminants pour une lecture pertinente d'une œuvre considérée comme divine, pour les Musulmans, mais non moins transcrite ou traduite en une langue humaine. Par ailleurs, et c’est le plus important, tout verset coranique est par définition polysémique, qu’aucune lecture littéraliste ne saurait en épuiser le sens et qu’en définitive, toute lecture rationnelle à la lumière des circonstances de la révélation ne peut être que judicieuse pour nous autres modernes.

Karim R'Bati: Outlandish, le 2 septembre 2011

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents