Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog Citoyen

Le blog Citoyen

POST TENEBRAS LUX


De la propagande américaine : arrêt sur image

Publié par Karim R'Bati sur 8 Septembre 2013, 12:33pm

Catégories : #CULTURE

De la propagande américaine : arrêt sur image

Cette image mémorable, inoculée depuis bien longtemps dans l'Inconscient de nos mémoires cinématographiques est extraite de l'une des plus belles séquences de l'histoire du septième art (voir lien en annexe) : séquence faisant partie du chef d’œuvre de Francis Ford Coppola (« Apocalypse now », 1979). Elle illustre une des grandes figures de propagande au moyen de laquelle Hollywood, c’est-à-dire l’Amérique, réécrit l'histoire en magnifiant ses horreurs et ses crimes contre l'humanité. Les Viêt-Cong, ici, n'ont pas de visage, pas d’individualité, les civiles non plus. Les uns et les autres ne sont que des tâches vues du ciel ; autant dire des ennemis qu’il convient d’écraser sans pitié. Le criminel de guerre américain, lui, est individualisé, héroïsé, il lance des bombes comme un enfant innocent lancerait des feux d’artifice. C’est la fête ! Un jeu de guerre sur fond d’un paysage de rêve altéré par ses «occupants indésirables» !

Quant au spectateur, vous et moi, on est d’emblée piégés, séduit par la grâce des plans ingénieux, par la puissance suggestive des mélodies  wagnériennes et par les artifices de la mise en scène. On n’y résiste pas et on se surprend en plein processus d’identification à ce criminel de guerre, à ce soldat amerloque qui n’a aucune idée de l’identité de ses victimes déshumanisées. C’est aussi ça la propagande américaine : séduire et manipuler nos consciences par le renversement de nos systèmes de valeurs : le bien devient le mal et le mal se présente sous les accoutrements du bien ; le criminel s’affiche en héros, tandis que le héros qui défend la souveraineté de son pays devient un ennemi qui menace l’Américain moyen à plusieurs milliers de kilomètres !

Sur le ton de la boutade - mais une boutade non dépourvue d’une certaine vérité sur l’instinct de destruction des Américains inhérent à leur esprit de conquête - Mark Twain (1835-1910) disait de ses compatriotes : « Dieu a crée la guerre pour que les Américains apprennent la géographie » Rien n’a changé à cet esprit conquérant ni à sa barbarie depuis l’époque du grand écrivain nord américain.

Karim R'Bati

* http://www.youtube.com/watch?v=Gz3Cc7wlfkI

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents